Home / Dégénérescence / Un travelo canadien remporte le championnat du monde de cyclisme sur piste féminin

Un travelo canadien remporte le championnat du monde de cyclisme sur piste féminin

Captain Harlock
Démocratie Participative
21 octobre 2019

Oui, en effet.

Je veux dire, tout à fait.

The Daily Caller :

La cycliste biologiquement masculine Rachel McKinnon a remporté un championnat du monde féminin samedi.

McKinnon, représentant le Canada, a remporté l’or au sprint chez les femmes de 35 à 39 ans aux Championnats du monde de cyclisme sur piste Masters 2019 à Manchester, en Angleterre.

McKinnon a établi un record du monde féminin dans l’épreuve de qualification, a rapporté la BBC. McKinnon, professeur de philosophie au College of Charleston, a remporté le même prix en 2018.

McKinnon a déclaré à Sky News dans une interview diffusée vendredi qu’il serait injuste que le cycliste soit tenu à l’écart des épreuves féminines.

« Si je crois que vous êtes bien une femme aux yeux de l’ensemble de la société mais pas pour cet élément central qu’est le sport, alors ce n’est pas juste », a dit Mme McKinnon.

McKinnon a déclaré dans un tweet dimanche qu’un « vrai champion » accepterait des athlètes biologiquement masculins qui font de l’athlétisme féminin.

« Je n’ai pas encore rencontré un vrai champion qui a un problème avec les femmes transgenres. Les vrais champions veulent une compétition plus forte « , a écrit McKinnon. « Si tu gagnes parce que le sectarisme a fait interdire ta compétition, tu es un loser. »

Dans un autre tweet, tard samedi soir, McKinnon a fait valoir que les gens « ignorants » s’opposent à l’autorisation d’athlètes biologiquement masculins dans les sports féminins.

« Le fait est que les gens qui s’opposent à l’égalité des droits des femmes trans pensent que les « faits » sont de leur côté », écrit McKinnon. « C’est pourquoi ils reviennent toujours au « bon sens ». Ce n’est pas une dispute, chérie. C’est le dernier refuge des ignorants. Cela signifie que vous avez déjà perdu, lourdement, » ajoute McKinnon, qui n’a pas répondu à un courriel demandant un commentaire.

Je présume.

Oui.

Pourquoi empêcherait-on des gens avec une paire de couilles de concourir dans les compétitions féminines, nous débarrassant du même coup du sport féminin ?

C’est peut-être la voie à emprunter après tout.