Home / Les dernières actualités / Suède : Les bonnes femmes imposent l’obligation d’un contrat de baise écrit pour leurs mecs blancs

Suède : Les bonnes femmes imposent l’obligation d’un contrat de baise écrit pour leurs mecs blancs

Capitaine Harlock
Démocratie Participative
22 décembre 2017

 

En Suède, il faudra maintenant un accord écrit pour pouvoir coucher avec sa femme.

Un accord à chaque fois.

Lionel Baland :

Le pays introduit à partir du 1 juillet 2018 l’autorisation sexuelle, même au sein des couples. L’homme devra à partir de cette date obtenir une autorisation de la femme avant d’avoir une relation sexuelle, sinon il pourrait se retrouver condamné pour viol. Une autorisation verbale suffit, mais pour plus de sécurité, cette autorisation peut se faire par écrit.

Et ça va encore plus loin. Maintenant, il y aura le viol par distraction. C’est-à-dire quand une nana aura décidé de traîner en justice un type après avoir changé d’avis le lendemain et qu’en fait « elle était pas sûre ».

Le gouvernement rouge-vert désire renforcer la législation visant les délits sexuels. Deux nouveaux types de délits seront introduits : « viol par distraction » et « attaque sexuelle par distraction ».

Tout ceci amène une seule conclusion : si le patriarcat est bienveillant envers la femme, notamment grâce au mariage indissoluble, le matriarcat est une véritable tyrannie visant à détruire l’homme en le soumettant par l’arme de la frustration sexuelle et de la menace répressive.

Menace répressive mise en oeuvre, en dernière instance, par les hommes, seuls détenteurs de la force.

C’est une torture psychologique collective qui vise à pousser l’homme à la soumission.

Encore une fois, une seule et unique règle en politique : les femmes doivent être exclues de l’état et de l’écriture de ses lois. Sitôt qu’elles se trouvent en situation de dicter des lois, ce n’est plus que l’institutionnalisation de l’hystérie et de l’irrationnalité, de la méchanceté et de la stupidité.

En toute honnêté, des hommes qui acceptent d’être dominés par des bonnes femmes ne méritent tout simplement pas de vivre et doivent disparaître. Soit la Suède disparaît, soit elle opte pour le national-socialisme. Ce sont les deux seules options légitimes à ce stade.

Au surplus, ce sont les mêmes féministes qui appellent à accueillir toujours plus de migrants pour pousser à une compétition sexuelle de plus en plus forte en leur faveur. Pendant que Hans se devra de signer son papelard pour pouvoir coucher avec sa femme, sa grosse bourgeoise ira faire de l’oeil à Muhammad qui lui répondra en la violant collectivement dans un cave de Malmö.

Et une fois violée, la poufiasse ira appeler Hans à la rescousse pour tenir Muhammad en respect.

Non.

Il n’y a pas besoin de « durcir la législation » contre le viol. Il faut durcir la législation contre les femmes et contre les métèques en les remettant à leur place. Les femmes doivent être exclues de toutes sphères d’influence, notamment éducatives, régaliennes et médiatiques.

Faute de quoi, elles détruiront totalement la société, étant à la fois incapables de bâtir une culture, un ordre social et encore moins de les maintenir.

Si la Suède démontre une chose, c’est que celui qui nie la permanence des lois de la nature finit toujours par être détruit. C’est précisément ce que j’entends par l’alternative qui se pose à la Suède : soit elle retrouve le bon sens le plus élémentaire et opère une révolution fasciste, soit elle poursuit sa course actuelle et c’est l’islam qui se chargera de remettre les femmes à leur place. Mais pas les métèques.