Home / Décryptage / Plongée dans la formation idéologique des juges judéo-communistes qui nous mènent à la ruine

Plongée dans la formation idéologique des juges judéo-communistes qui nous mènent à la ruine

Captain Harlock
Démocratie Participative
24 septembre 2018

Avec toutes ces histoires de violeurs, braqueurs, terroristes nègres ou arabes relâchés en permanence par les juges tandis que des petits gars comme Esteban Morillo sont persécutés avec la dernière sauvagerie, vous vous demandez comment fonctionne cette magistrature judéo-bolchevique.

Certains d’entre vous doivent se dire, « ces Nazis délirent… ok, y’a du laxisme, m’enfin de là à parler de juges communistes qui seraient au service des juifs, ça relève de la psychiatrie ».

Voici le programme du « Festival Justice en Cultures » organisé par l’Institut d’Etudes Judiciaires de Strasbourg. Cet institut prépare aux examens pour devenir magistrat.

Accrochez-vous.

 

En bref :

  • « La justice dans les camps de concentration allemands durant la Seconde Guerre Mondiale » (par le président de l’université de Strasbourg). En résumé : ne pas devenir un juge fasciste.
  • « Quelle justice dans les prisons ? » En résumé : soyons gentils avec les bougnoules.
  • « Juger les contrôles d’identité discriminatoires ». En résumé : saboter le boulot des flics au profit des arabes
  • « Nommer l’innommable, généalogie de la notion de crime génocidaire ». En résumé : traquer ces sales Blancs racistes
  • « La répression de l’accueil des migrants dans la vallée de la Roya ». En résumé : invité, Cédric Herrou explique aux futurs juges pourquoi il faut soutenir les filières de passeurs de nègres clandestins.

Putain, Cédric Herrou, formateur de magistrats.

La rébellion, la vraie.

  • « La répression pénale des actions collectives » avec un « film documentaire » sur « Mai 68 ans Alsace. En résumé : comment la justice fasciste persécute les activités communistes
  • « La justice pendant la révolution française ». En résumé : la Terreur robespierriste, y’a que ça de vrai avec les fascistes.
  • « Réprimer le viol et les violences sexuelles ». En résumé : Mohamed et Mamadou ne violent pas vraiment, ce qui compte, c’est quand ces enculés de capitalistes catholiques foutent une main au cul d’une secrétaire.
  • « La justice, la shoah et le révisionnisme en Pologne ». En résumé : ces Blancs d’Europe de l’est ne se prosternent pas assez aux pieds des juifs.
  • « Juger la violence au travail ». En résumé : détruire la vie des petits patrons est une priorité.
  • « Quelle justice pour les mineurs isolés ». En résumé : impunité pour les tous nègres et les arabes clandestins de moins de 16 ans.
  • « Juger la violence de l’économie financière ». En résumé : dire du mal des banquiers et du bien des juifs, les deux n’ayant aucun rapport.
  • « Justice et mémoire de la shoah ». En résumé : si vous avez oublié qu’il faut vénérer les juifs, piqûre de rappel.
  • « Recueillir des réfugiés, l’exemple de Briançon ». En résumé : pour lutter contre les Nazis antisémites, faire venir des nègres.

Voilà.

Vous le voyez, cette histoire de justice aux mains de magistrats judéo-communistes est un délire fasciste.

Plus sérieusement, ces terroristes rouges instrumentalisés par les juifs sont déterminés à détruire toute forme d’ordre social, anéantissant des siècles d’un lent travail de civilisation.

Ils n’ont rencontré jusqu’à présent aucune forme d’opposition, encore moins au sein de cette bourgeoisie réactionnaire qu’ailleurs.

Aucune élection ne changera la composition de la structure étatique. Seule une révolution radicale peut purger un pareil pus, faute de quoi l’anarchie continuera de se répandre.