Home / Guerre raciale / Lille : une jeune Française forte et indépendante zone seule à 5h30 du mat dans les rues, finie à demi-violée par Mehdi

Lille : une jeune Française forte et indépendante zone seule à 5h30 du mat dans les rues, finie à demi-violée par Mehdi

Captain Harlock
Démocratie Participative
26 septembre 2019

Lille, prospère cité socialiste d’Algérie, est un émerveillement quotidien.

La Voix du Nord :

Le 18 août à 5h30, une étudiante est agressée rue des Tanneurs à Lille, dans le centre-ville. Un jeune homme de 22 ans d’abord mis en cause pour tentative de viol était jugé ce mardi, au tribunal correctionnel de Lille, pour agression sexuelle « aggravée ».

Mehdi Benamar, 22 ans, a échappé de peu à la cour d’assises. Le parquet a « correctionnalisé » cette tentative de viol pour un jugement plus rapide, soit pour la victime, l’éventualité de pouvoir tourner la page. Car la jeune femme agressée, le 18 août à 5h30 rue des Tanneurs a vu sa vie bouleversée, rapporte au tribunal, son avocate, Me Carole Guillin.

L’étudiante doit redoubler : victime de stress post-traumatique, elle a été incapable, le 30 août, de soutenir le mémoire qui validait son année universitaire. L’agression a aussi laissé des séquelles dans sa vie intime.

Rappel :

La Voix du Nord :

La scène se déroule le dimanche 18 août, vers 5h30. Une jeune femme est abordée par un jeune homme réclamant des cigarettes. Rue des Tanneurs, dans le secteur piétonnier, l’inconnu se montre de plus en plus insistant. Il finit par agresser son interlocutrice. Après des gestes particulièrement déplacés, il la prend par les cheveux et la traîne au sol. Les hurlements de la victime et les cris de ses voisins finiront par mettre l’assaillant en fuite.

C’était une preuve de force et d’indépendance que de déambuler seule, à 5h30 du matin, dans une ville aussi vibrante de diversité que Lille.

Mais la diversité comporte son lot de défis.

En tout cas, le plus important dans tout ça est de rappeler que, viol ou non, il faut lutter contre le racisme, le repli sur soi, les préjugés et bien sûr les propos haineux.

Surtout que vivre au milieu des maghrébins, c’est génial.

Bref, combattons la haine de l’autre, c’est-à-dire l’homme blanc hétérosexuel partout où il vit encore.