Home / France / L’Etat Islamique revendique la mort d’un soldat français en mission pour sauver les nègres du Mali qui nous envahissent

L’Etat Islamique revendique la mort d’un soldat français en mission pour sauver les nègres du Mali qui nous envahissent

Captain Harlock
Démocratie Participative
03 novembre 2019

Il y a très peu de juifs qui meurent sous les drapeaux

Le nombre d’arabes, de nègres et de juifs qui meurent sous l’uniforme français est inversement proportionnel à leur nombre sur les affiches des films produits en France par les youpins.

La Dépêche :

Un soldat français a été tué samedi matin dans le nord-est du Mali, près de la frontière du Niger. L’explosion de l’engin artisanal, qui a tué le soldats français Ronan Pointeau, est survenue pendant une mission de sécurisation prévue de longue date, mais n’a « aucun lien » avec l’attaque survenue vendredi dans cette localité, a déclaré le porte-parole de l’état-major français, le colonel Frederic Barbry.

Le militaire français a été tué, près de Ménaka, après « le déclenchement d’un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé », selon la présidence française. Né le 1er octobre 1995, Ronan Pointeau avait 24 ans. Originaire de Castres dans le Tarn, il était célibataire et n’avait pas d’enfant. Il s’était engagé comme volontaire dès 2016 dans l’Armée de Terre, où il a fait toute sa carrière au 1er régiment de spahis de Valence.

Dans un communiqué, le chef d’état-major de l’Armée de Terre décrit Ronan Pointeau comme un «sportif aguerri et endurant ayant le goût de l’effort et se montrant très à l’aise sur le terrain». En 2018, il avait effectué sa première «opex» (opération extérieure) au Tchad dans le cadre de l’opération Barkhane. Il avait été promu brigadier le 1er janvier 2019.

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué « l’attaque à la bombe », ce samedi soir. « Les soldats du califat ont pris pour cible un convoi de véhicules des forces françaises (…) près d’Indelimane, dans la région de Ménaka, en déclenchant un engin explosif », a écrit l’EI dans un communiqué signé « Province Afrique de l’Ouest », publié sur ses chaînes Telegram.

La ministre française des Armées doit se rendre « très prochainement » au Mali. Selon Florence Parly, le brigadier Ronan Pointeau a succombé à ses blessures « après l’explosion d’un engin explosif improvisé près de Ménaka au Mali », près de la frontière avec le Niger. « Dans un contexte sécuritaire dégradé, la mort du brigadier Ronan Pointeau nous montre que le combat contre les groupes terroristes qui sévissent au Sahel n’est pas terminé et notre détermination à le poursuivre est entière », a poursuivi la ministre dans un communiqué.

Les VBL classiques ne font plus du tout l’affaire en raison d’un blindage inadapté à ce type d’attaques.

Ce sont des petits 4×4 améliorés.

Leur amélioration ou remplacement est prévu dans quelques années. En attendant, il faut donc continuer de sauter sur des IED pour sauver des nègres.

Dans un communiqué, le chef d’Etat-major de l’Armée de Terre décrit Ronan Pointeau comme un «sportif aguerri et endurant ayant le goût de l’effort et se montrant très à l’aise sur le terrain». En 2018, il avait effectué sa première «opex» (opération extérieure) au Tchad dans le cadre de l’opération Barkhane. Il avait été promu brigadier le 1er janvier 2019.

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué « l’attaque à la bombe », ce samedi soir. « Les soldats du califat ont pris pour cible un convoi de véhicules des forces françaises (…) près d’Indelimane, dans la région de Ménaka, en déclenchant un engin explosif », a écrit l’EI dans un communiqué signé « Province Afrique de l’Ouest », publié sur ses chaînes Telegram.

La ministre française des Armées doit se rendre « très prochainement » au Mali. Selon Florence Parly, le brigadier Ronan Pointeau a succombé à ses blessures « après l’explosion d’un engin explosif improvisé près de Ménaka au Mali », près de la frontière avec le Niger. « Dans un contexte sécuritaire dégradé, la mort du brigadier Ronan Pointeau nous montre que le combat contre les groupes terroristes qui sévissent au Sahel n’est pas terminé et notre détermination à le poursuivre est entière », a poursuivi la ministre dans un communiqué.

Le chef de l’Etat Emmanuel Macron a lui a aussi réagi. « Je veux dire ma tristesse et la pleine solidarité de la Nation. Je salue sa bravoure et à travers lui celle de nos militaires », écrit le Président sur Twitter en présentant ses condoléances à la famille du soldat tarnais.

Les djihadistes sont en grande forme, beaucoup plus en forme que les « suprémacistes blancs » évoqués sans cesse par la presse juive.

Ils consomment du nègre à un rythme soutenu, ce qui n’est pas sans susciter chez moi une très réelle admiration.

L’explosion qui a tué Ronan Pointeau survient au lendemain d’une attaque contre les Maliens, l’une des plus meurtrières depuis l’invasion jihadiste du nord du pays en 2012. Le bilan de 49 soldats tués, annoncé samedi par l’armée malienne sur sa page Facebook, est l’un des plus importants qu’elle a enregistrés depuis l’invasion jihadiste à partir de 2012 au Mali. L’attaque d’Indelimane, à Ansongo, près de Ménaka (nord-est du pays), est qualifiée de « terroriste » par les autorités maliennes. Ce samedi soir, l’Etat islamique a revendiqué l’attaque de vendredi.

« Des soldats du califat ont attaqué une base militaire où sont stationnés des éléments de l’armée malienne apostate dans le village d’Indelimane, dans la région de Ménaka », indique l’EI dans un communiqué signé « Province Afrique de l’Ouest », publié sur ses chaînes Telegram et qui rapporte « des affrontements avec différents types d’armes ».

Le communiqué a été publié une semaine après la mort dimanche du chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi, tué lors d’un raid américain en Syrie.

« Les terroristes ont mené une attaque surprise à l’heure du déjeuner. Des véhicules de l’armée ont été détruits, d’autres emportés », a déclaré ce samedi un officier de l’armée malienne.

Ha !

Voici une reconstitution de l’attaque :

« Hé, bamboula, regarde ce que j’ai pour toi ! »

Et bing ! 49 nègres kalachés pendant qu’ils baffraient en cercle.

Après cet assaut, une vingtaine de rescapés ont été retrouvés, a ajouté ce samedi l’armée malienne qui compte aussi « trois blessés et des dégâts matériels ».

Il n’y a pas d’armée malienne.

C’est uniquement un concept.

On leur met des treillis pour essayer de les intéresser un peu à ce qui se passe dans ce qui est censé être leur pays.

Le Sénégalais Alioune Tine, défenseur des droits de l’homme et icône de la société civile africaine, a appelé samedi sur Twitter à une mobilisation africaine. « Si l’Afrique ne se mobilise pas pour le Mali et le Burkina, elle ne sera pas épargnée par le feu de brousse qui va vite gagner les pays côtiers de l’Afrique de l’Ouest, les prochaines cibles de choix » des jihadistes.

Autant dire que sans les Français, les djihadistes vont griller du nègre tous les matins.

Depuis début 2015, les attaques jihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le Nord et l’Est, ont occasionné près de 500 000 déplacés internes et réfugiés selon l’ONU. Ces attaques jihadistes au Sahel sont d’abord parties du nord du Mali, tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l’armée face à la rébellion à dominante touareg, d’abord alliée à ces groupes, qui l’ont ensuite évincée. Les jihadistes en ont été en grande partie chassés ou dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire, qui se poursuit toujours.

Les violences jihadistes ont non seulement persisté, mais se sont propagées du nord vers le centre du Mali, puis au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires ayant fait des centaines de morts.

Oui, justement.

L’armée française est intervenue pour sauver l’intégrité de ce truc qu’on appelle le « Mali » qui repose sur un système intenable, à savoir la domination du nord arabe et berbère par les nègres stupides et apathiques du sud.

Vous imaginez, vous, d’être gouvernés par des nègres ?

Bon, oui, vous l’imaginez parfaitement puisque c’est ce qui se passe déjà en France.

Disons que pour tout le monde, à l’exception des zombies vivant dans les démocraties juives, être dominé par des nègres est une impossibilité métaphysique.

Le sauvetage du Mali est la manifestation de ce constructivisme social jacobin hérité de la colonisation française avec ces créations absurdes présentées comme des « états-nations » qui ne sont ni des états ni des nations.

Le Mali doit être partitionné le long du fleuve Niger pour créer un « état » arabo-berbère au nord et une réserve à nègres au sud.

En attendant, l’armée française fait mourir des Français pour obliger les arabo-berbères à obéir aux cafres.

C’est une insanité.

Je m’en voudrais d’oublier de rappeler qui est à l’origine de ce merdier multiracial dans lequel s’engouffre le djihadisme international que le sang blanc sert à colmater.

Les juifs.

Sans la destruction de la Libye, des soldats français ne seraient pas en train de mourir dans ce désert malien pour des nègres.

Et pourquoi l’avons-nous fait ?

« Parce que c’est bon Israël ».

Ces mêmes juifs continuent d’ailleurs d’opérer librement en France, plus insolents que jamais.

Il est temps de dresser ces sales nègres arrogants

Ces nègres arrogants qui nous envahissent et appellent chaque jour à la guerre raciale dans nos villes dire, sans rire, que nous « pillons l’Afrique ».

Nous ne pillons rien du tout et c’est d’ailleurs un vrai scandale.

C’est un mythe marxiste planté dans la cervelle primitive des cafres pour exciter leur haine antiblanche et leur donner un argument mensonger pour abuser de la générosité du Blanc si facile à faire culpabiliser.

L’économie française ne doit rien à l’Afrique. Nos importations ne proviennent d’Afrique que pour 4%.

L’Afrique n’est pas davantage un débouché majeur pour nos exportations puisqu’elles s’élèvent seulement à 4%.

Et on parle du continent entier avec sa cinquantaine d’états ou ce qui en tient lieu.

Les pays de l’UE sont nos principaux partenaires commerciaux (58%) suivis de l’Asie, de l’Amérique et des autres états d’Europe. Même le Proche et le Moyen-Orient ne comptent que pour 5% de nos importations.

Enlevez-vous de la tête cette idée absurde qui voudraient que nous « devions » quoi que ce soit à ces sous-hommes que sont les arabes et les nègres.

C’est à nous qu’ils doivent tout. Absolument tout. Sans nous, les crouilles d’Arabie Saoudite auraient déjà été dévorés vivants par les Iraniens tout comme ces sales nègres du Mali auraient été réduits en esclavage par les arabes.

Tout spécialement en Afrique où ces sales nègres ingrats se feraient génocider si l’armée française n’imposait pas un semblant d’ordre.

Hélas, nous ne pouvons pas quitter l’Afrique

J’aimerais pouvoir vous dire que nous devrions dégager de ce continent maudit. Hélas, nous avons un problème, en plus des égorgeurs d’Allah : la Chine.

Si nous abandonnons l’Afrique, ces punaises jaunes auront tôt fait de planter des bases militaires un peu partout, y compris des missiles balistiques pointés contre nous. Ils ouvriraient des bases sous-marines dans l’Atlantique et des nuées de drones patrouilleraient non loin de nos côtes, notamment dans la Méditerranée.

Le plus dur à avaler, c’est que ces mangeurs de chien profitent du calme que fait régner l’armée française pour exploiter les ressources de l’Afrique de l’Ouest et renforcer leur économie de ce fait.

Nous sommes donc pris entre le marteau chinois et l’enclume nègre, ce qui est une position particulièrement désagréable. Pendant que l’Aryen verse son sang pour maintenir l’ordre, le jaune perfide exploite à outrance les opportunités offertes.

Ses rois nègres s’en frottent les mains.

Pendant que des Ronan Pointeau meurent au Mali, des milliers de maliens accueillis en libérateurs par des crasseuses communistes infiltrent nos villes.

Et sur la pression de la gauche et des juifs, l’argent des travailleurs blancs est déversé par dizaines de milliards d’euros sur ces millions de nègres fainéants qui pissent ostensiblement sur nos pompes en France pendant que des fils de prolétaires meurent dans leur pays à la con.

Tout ça en baisant des Blanches sous notre nez.

Macron en profite pour dire que ce qui le rend fou, c’est l’immigration ukrainienne.

Écoutez, c’est très simple, cela ne peut pas durer ad vitam aeternam, peu importe la façon dont vous abordez le problème.

Le moment approche où ces nègres et leurs bienfaiteurs vont rendre des comptes et ce ne sera pas hygiénique.

Je crois au génocide

Nous aurions dû faire comme les Américains avec les Peaux-Rouges : exterminer tout ce que nous trouvions sur notre chemin en Afrique de l’Ouest et faire de ce territoire l’équivalent de ce qu’est l’ouest américain pour les Yankees ou de la Sibérie pour la Russie.

Nous n’avons pas été moins stupides dans cette affaire que dans les autres avec les lubies humanitaires des loges et des homosexuels en soutane.

La prêtraille catholique était soucieuse d’alimenter le paradis de Jésus en âmes analphabètes et nous avons préféré vacciné les primates haineux qui viennent à présent violer nos filles dans les rues de Normandie.

Quelle manque de vision.

Et qu’on ne me parle pas de « moralité ». Le sort des Peaux-Rouges n’empêche personne de dormir et aucune ambassade américaine n’a encore été fermée pour protester contre ce génocide en règle grâce auquel les Américains ont édifié la première puissance mondiale.

Ce manque de force morale menace de se convertir en anéantissement de la race blanche en Europe avec l’invasion en cours.

D’ici 10 ans, l’Afrique gagnera un demi-milliard de nègres qui feront tout pour nous envahir.

Génocide à part, seul Ebola Chan peut nous apporter une aide décisive.

Mais en tout état de cause il est hors de question de laisser ces nègres croître indéfiniment et de les laisser menacer le monde avec leur bite.

La question n’est pas de savoir si, au 21ème siècle, ces nègres vont être drastiquement réduits mais par quel moyen exact.