Home / Décryptage / La manifestation contre l’islamophobie du 10 novembre se transforme en guerre civile à gauche

La manifestation contre l’islamophobie du 10 novembre se transforme en guerre civile à gauche

Captain Harlock
Démocratie Participative
09 novembre 2019

La température monte.

Avec l’annonce d’une manifestation contre l’islamophobie organisée par les islamistes de la mouvance des Frères Musulmans dimanche 10 novembre, la gauche s’est logiquement divisée entre les radicaux partisans d’une alliance opportuniste et les juifs de la gauche pseudo-laïcarde craignant pour leur peau.

En pointe, du côté des islamistes, le journal trotskiste Médiapart dont le chef, Edwy Plenel, est connu pour être un allié déclaré des Frères Musulmans.

Les autres ne sont que des suiveurs.

Plenel est le seul qui est dogmatiquement adepte d’une alliance avec les islamistes.

Mélenchon, dont la seule véritable doctrine est celle de l’athéisme du Grand Orient, s’est attendri ces dernières années à mesure qu’il s’adonnait à sa passion :

le cul des beurettes

Les virages sont brutaux.

Avant la beurette :

Après la beurette :

Meuh.

La France Insoumise est totalement tombée sous l’influence des trotskistes adeptes de l’alliance avec le lumpenproletariat racial afro-maghrébin.

Quand Ruffin, sentant le truc borderline, a dit ne pas aller à cette manifestation parce qu’il bouffait des gaufres, la rage des mahométans a été telle qu’il a dû ramper comme le dernier des boloss.

De nos jours, pour survivre à gauche, il faut vraiment ne plus avoir de dignité. Vous la laissez dehors en entrant.

Et puis vous avez les sociopathes adeptes de la tactique pure, « l’intersectionnalité », pour qui tous ceux qui attisent la haine contre l’homme blanc hétérosexuel sont des alliés naturel.

Comme la lesbienne tarée De Haas. Vous savez, celle qui veut qu’on élargisse les trottoirs pour éviter que les nègres ne violent les Blanches.

Et forcément, les islamistes eux-mêmes.

Pas forcément raccord avec le féminisme mais c’était encore mieux.

Lol.

Les juifs

Depuis le meurtre des 4 flics de la Préfecture de Police et la polémique sur le voile lancée par Odoul au conseil régional de Bourgogne, la confrontation n’a fait que s’accentuer.

En fait, les Blancs sont très en retrait.

L’affaire est essentiellement une lutte entre beurettes occidentalisées tenues par les feujs et leurs grands frères.

Ces beurettes sont certifiées 100% kasher, label Simone Veil.

Ces maghrébines suceuses de juifs servent tout autant aux youpins à contenir l’affirmation islamique à gauche qu’à empêcher les racistes de progresser à droite en disant aux goyim : « Vous voyez, il y en a des biens ».

Ces beurettes occupent un espace médiatique inversement proportionnel à leur représentativité réelle au sein de la masse musulmane. Ce sont des créatures juives.

La gauche « laïque » pilotée par les juifs est parfaitement identifiée comme un simple bras armé de la juiverie organisée par les musulmans.

En même temps, ce n’est pas vraiment un secret.

BHL admire son grand projet, l’antiracisme contrôlé par Yahvé, passé entre les mains d’Allah.

Il en est presque à supplier Mélenchon d’arrêter.

Tous les réseaux sont activés, alertés par l’inexorable progression de l’alliance entre la gauche et l’islam militant sur fond de remplacement démographique dans toutes les villes de France.

Le gouvernement, évidemment sous l’influence juive, tente de s’opposer pour la forme.

Mais après l’indifférence de Macron suite à l’affaire du voile, l’évidente complaisance vis-à-vis des crouilles est actée comme pilier de la stratégie électorale d’En Marche.

Le palestinisme, le monopole juif sur la culpabilisation de l’homme blanc, l’islamisation, tout cela converge dans cette manifestation pro-bougnoules et se solidifie avec le temps.

C’est vraiment le meilleur scénario possible pour nous.

Plus le juif est contraint de se battre sur deux fronts – contre nous et les islamistes – plus il s’affaiblit.

Une fois que les juifs tomberont de leur piédestal, le régime démocratique suivra.