Home / Charia Blanche / Julie Graziani du journal fasciste L’Incorrect réclame l’instauration de la Charia Blanche pour en finir avec les Jennifer qui dépendent de la CAF pour élever leurs gosses métis

Julie Graziani du journal fasciste L’Incorrect réclame l’instauration de la Charia Blanche pour en finir avec les Jennifer qui dépendent de la CAF pour élever leurs gosses métis

Captain Harlock
Démocratie Participative
06 novembre 2019

 

Décidément, les bourgeoises catholiques de L’Incorrect ont l’art et la manière de se mettre à dos la presse juive.

La dernière à s’être illustrée est une certaine Graziani.

Elle commentait chez Pujadas un échange entre Macron et une mère seule au SMIC qui a deux gosses à charge.

Face à la crise sur les réseaux sociaux, elle a tenu ferme.

Tenu ferme un peu moins de 24 heures.

Je dois dire que Graziani parle en termes particulièrement violents de Marion Maréchal et de sa gamine, Olympe, qu’elle a effectivement eu avec un Kévin.

Les femmes sont très cruelles entre elles.

Aussi insupportable que soit la voix de cette grue arrogante, je lui donne raison sur ce point.

Combien de gonzesses en BEP Vente se font sauter par des Kévin avant de se retrouver avec deux moutards qui ne seront jamais éduqués faute de père et que les contribuables devront entretenir ad vitam aeternam ?

Mieux, avec des nègres ?

J’aime baiser avec des nègres. Paye-moi.

Tant que l’état-nounou passait à la caisse, les traînées étaient enthousiastes à l’idée de pouvoir se faire sauter par des randoms après une soirée en boîte de nuit.

Mais maintenant les traînées redécouvrent les raisons millénaires pour lesquelles le mariage a été institué : produire une famille à l’abri du besoin au terme d’un deal gagnant-gagnant entre l’homme et la femme.

La libéralisation du marché sexuel ne profite vraiment qu’aux femmes jeunes, à la condition que l’État passe derrière pour assumer les coûts sociaux et que le marché de l’emploi puisse absorber des gonzesses en leur donnant des emplois bidon dans le tertiaire.

C’est la principale raison pour laquelle les traînées en France n’ont aucune raison d’être gentilles, avenantes, humbles et disponibles pour les hommes en général.

« Tu me tiens pas la porte, OK ?! »

Elles étaient en position de force dans la négociation.

Ce n’est pas théorique. N’importe quel mec de France sait ce que je veux dire. Les Françaises sont universellement infectes avec les hommes.

Si vous enlevez l’État du calcul et que vous y ajoutez le temps partiel, les femmes ne sont plus que des jouets sexuels pour 20% de mâles alpha.

C’est-à-dire des putes.

Peu de femmes ont envie de devenir irréversiblement des putes, ne serait-ce que pour des raisons de survie. Les femmes veulent pouvoir faire de la décoration sans se soucier du lendemain.

Avec la dérégulation du marché sexuel, les nanas deviennent progressivement perdantes sur toute la ligne car elles doivent pourvoir à leur propre subsistance une fois leur date de péremption sexuelle atteinte.

Et comme l’état-providence est en faillite et que l’économie devient de plus en plus précaire, la récréation est en train de se terminer.

Cette prise de conscience a un goût particulièrement désagréable pour les cas sociaux qui aiment faire des gosses, beurrés à la 8,6°.

Vous avez toute la masse des gauchistes qui chiale d’appréhension parce que ces gens veulent pouvoir faire n’importe quoi avec leur cul et se poser en victimes une fois qu’ils ont logiquement foiré leur vie, condition sine qua none pour venir ensuite faire les poches de leurs voisins.

S’il n’y a plus de pognon pour les traînées, cela suppose de revenir au patriarcat et au mariage indissoluble.

Donc, incidemment, de faire des EFFORTS.

C’est vraiment comme jeter de l’eau bénite sur un vampire.

Un vampire encaisse probablement mieux l’eau bénite qu’une femme le fait de devoir faire des efforts vis-à-vis d’un homme.

Vous pouvez voir les traînées hurler à la mort, se tordre de douleur, menacer à l’idée de devoir retourner à la cuisine et de se comporter comme de véritables femmes.

Un état-providence sans conception claire de la famille nucléaire et des devoirs entre mari et femme est la pire pépinière à dégénérés qui se puisse concevoir.

Et nous en sommes là.

Sauf qu’en plus, nous avons ajouter des nègres et des maghrébins dans l’équation.

Abolir la CAF est le plus grand service que l’on puisse faire aux femmes, aux hommes, aux familles et à la natalité blanche.

Mais le système est conçu par les juifs pour saboter cette natalité, pas la soutenir.

Si nous avions une bonne natalité, les arguments pour l’immigration et la parousie diversitaire ne tiendraient même plus une demi-seconde.

Pour que la société redevienne saine, les pétasses vont devoir douiller. Tant qu’elles se placeront au service du juif en régurgitant ces stupidités hébraïques que sont les aberrations féministes sur le mariage ou le patriarcat, elles détruiront l’ordre social.

Vraiment, la banqueroute du système social est la meilleure chose qui puisse arriver.

Vous allez voir ces gonzesses SUPPLIER les hommes de restaurer l’indissolubilité du mariage.