Home / France / « La femme voilée fait partie de la France » proclame la sénatrice de Marseille Samia Ghali avant de faire envahir le Sénat d’une horde de mahométanes enturbannées

« La femme voilée fait partie de la France » proclame la sénatrice de Marseille Samia Ghali avant de faire envahir le Sénat d’une horde de mahométanes enturbannées

Captain Harlock
Démocratie Participative
30 octobre 2019

 

Si vous cherchez une idée cadeau pour Noël, un hijab est probablement la meilleure option.

Le Sénat se met d’ailleurs à la page.

Huffington Post :

“Waow, c’est trop beau”, s’émerveillent les enfants du centre social de la Savine, dans le 15e arrondissement de Marseille, en arrivant sous les dorures de la salle des conférences du Palais du Luxembourg, ce mardi 29 octobre.

Alors que les sénateurs s’apprêtent à débattre d’une proposition de loi LR pour interdire le port du voile lors des sorties scolaires (voir notre débat sur le sujet), la sénatrice des Bouches-du-Rhône, Samia Ghali, a décidé d’emmener des enfants et des accompagnatrices, dont certaines portent le voile, écouter les représentants de la Nation parler d’eux. Une sortie prévue de longue date, selon son entourage.

“Même si c’est eux qui font la loi, ils ne peuvent pas nous obliger à ne pas faire ce qu’on veut nous”, résume une jeune fille interrogée sur le sujet par de nombreux journalistes qui couvrent la sortie. “Voilà, la vérité sort parfois de la bouche des enfants, mieux que de celles de certains élus de la République”, résume l’ancienne socialiste qui les guide à travers les couloirs.

C’est assez clair : la loi française ne s’applique pas aux bougnoules du califat.

Il suffisait d’inviter quelques ratons de Marseille au Sénat pour clarifier la discussion.

“Les gens disent ‘repartez chez vous’, mais chez nous, c’est ici”, réagit Coline Barthélemy, la coordinatrice des actions familles du centre social. ”On travaille sur la mixité, la citoyenneté, découvrir son territoire, puis la région et enfin Paris, comme aujourd’hui”, explique-t-elle en détaillant le projet pédagogique de son groupe.

La France est là pour tout le monde, et nous on est chez nous”, répond la jeune femme interrogée sur le climat ambiant. “On est avec notre sénatrice, les enfants sont contents, tout va bien, mais si à chaque fois il y a des barrières on ne va jamais avancer”, prévient-elle.

La conception que ces crouilles ont de la France est assez facile à synthétiser : c’est une CAF géante.

Pour les bougnoules, n’importe quel musulman de cette planète est éligible à la nationalité française.

Je vous accorde que c’est également la définition que la république française donne à cette nationalité.

“Le voile c’est notre choix, on n’est pas soumises”, ajoute une autre accompagnatrice qui, elle, porte le voile. “Quand il y a un projet avec les enfants, on veut les accompagner pour qu’ils découvrent leur pays. C’est la première fois qu’ils viennent au Sénat, ils sont heureux, c’est une belle opportunité pour tout le monde”, explique Mariza, accompagnatrice scolaire.

Elle aussi déplore le débat de ces dernières semaines qui a conduit à de nombreux amalgames: ”Ça fait bizarre, on entend toute sorte de choses, on associe terrorisme avec Islam, puis Islam avec les femmes qui portent le voile. Une femme qui porte le voile n’est pas une terroriste!”, se sent-elle obligée de préciser. “Ces enfants, ce sont les enfants de la République. On n’est pas des terroristes, on aime la France”, poursuit-elle, dans la même veine.

Qui pourrait associer l’islam au terrorisme ?

Les moukères voilées à l’islam ?

Je vous pose la question.

Samia Ghali qui les reçoit se dit “plus que révoltée” par le climat ambiant. “C’est un racisme anti-musulman qui n’a pas sa place en France”, déplore-t-elle. “La femme voilée est une partie de la France, on n’a pas le droit de la rejeter”, insiste l’élue de Marseille.

« Li hijab li fé parti intigronte di lou Fronce ! Li Fronce li toujour été mouzoulmon ! »

Attendez un peu que ces musulmans soient présents à tous les étages du gouvernement.

Vous allez voir comment l’histoire de France sera réécrite.

En l’an 421 de l’Hégire, les Roumis venus de la France musulmane occupée, inspirés par le Sheytan, lancèrent une nouvelle guerre impie contre Allah en Palestine. Les chiens croisés furent vaincus, ouvrant la voie à la libération des terres françaises quelques siècles plus tard par les moudjahidines. (Manuel d’histoire Massoud Ibn Nathan al Yahoud, 2048)

Vous aurez observé qu’ils gagnent en assurance.

Elle a demandé (en vain) à Bruno Retailleau, le patron des sénateurs LR de retirer sa proposition de loi visant à “interdire les listes communautaires” et qui vise surtout un parti musulman. “Je lui ai demandé cela notamment au vu de ce qui s’est passé à Bayonne, de l’inquiétude et de l’angoisse. La France a besoin d’apaisement, la république ne doit pas diviser ni être celle qui répudie”, lance la sénatrice, avant de rejoindre l’hémicycle pour participer au débat.

Faire débarquer en plein Sénat des dizaines de mahométanes surexcitées qui déclarent à la presse n’avoir aucune intention de respecter la loi, c’est ce que l’on appelle en arabe de l’intimidation.

C’est ce que faisaient déjà en leur temps les Sans-Culottes.

Vous seriez surpris de voir l’efficacité du procédé. Vous remplissez les gradins d’une foule hostile qui dévisage les orateurs, note les noms, hurle et menace et vous attendez le résultat des votes.

Ceci dit, ce n’est pas plus mal.

Ce qui distingue les sémites de Jéhovah des sémites d’Allah, c’est que les premiers, au bout de 2,000 ans d’infiltration et de déconvenues sanglantes, ont fini par comprendre que l’assimilation purement formelle était une arme redoutable contre les goyim.

Ils ont remisé leurs papillotes et abandonné leur talmud pour devenir des avocats et faire du journalisme. Accessoirement baiser des shiksas.

Les mahométans quand à eux restent de grossiers pillards de caravane qui n’ont ni l’intelligence ni la subtilité nécessaires pour consentir à un tel effort.

C’est plus fort que l’arabe, il a un besoin sadique inextinguible d’humilier sa victime de la façon la plus spectaculaire possible. Et puis l’arabe est fainéant. Il veut gagner tout, tout de suite.

Pourquoi faire semblant, minauder, quand par la menace ouverte et l’intimidation, on peut extorquer à des bourgeois blancs ce que l’on convoite ? C’est comme ça que raisonne sa cervelle.

Le juif, lui, est patient. Il sait se donner du temps. Des siècles.

La méthode arabe est la plus profitable pour nous : face à des Aryens tout en étant en minorité, c’est un très mauvais calcul de la part des bougnoules que de menacer et d’exiger. Mais que voulez-vous, on ne se refait pas.

Les juifs sont de plus en plus mal à l’aise : leurs cousins rustres d’Afrique du Nord menacent de tout compromettre avec leur impatience. S’ils poussent l’Aryen à bout, celui-ci réagira avec la violence que lui connaît le juif. Une violence aveugle, hautement destructrice car couplée à l’intelligence et la détermination.

Bref, ça sent mauvais pour nos amis du désert.