Home / Les dernières actualités / La Chine va investir 400 milliards de dollars dans le secteur énergétique iranien

La Chine va investir 400 milliards de dollars dans le secteur énergétique iranien

Captain Harlock
Démocratie Participative
08 septembre 2019

Les juifs viennent d’être mis échec et mat par la Chine au Moyen Orient et leur chien d’attaque américain n’y peut plus rien.

Middle East Monitor :

La Chine prévoit d’investir 280 milliards de dollars dans les secteurs du pétrole, du gaz et de la pétrochimie iraniens qui sont touchés par les sanctions américaines, selon le magazine Petroleum Economist.

Le magazine Energy Affairs a cité une source importante, liée au ministère iranien du Pétrole, qui a déclaré que cet énorme investissement représente un point clé dans un nouvel accord entre les deux pays. Cela a été confirmé lors de la visite du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif en Chine fin août, pour présenter une feuille de route pour l’accord de partenariat stratégique global, conclu en 2016.

Selon le magazine, Pékin s’est également engagé à investir 120 milliards de dollars dans le secteur pétrolier et l’infrastructure industrielle de l’Iran.

Ce montant considérable sera déboursé au cours des cinq premières années suivant l’entrée en vigueur de l’accord, avec des investissements supplémentaires possibles au cours de périodes similaires ultérieures, si les deux parties en conviennent.

En contrepartie, l’Iran accordera aux entreprises chinoises le droit prioritaire de participer aux appels d’offres pour tout projet nouveau, gelé ou incomplet de développement de gisements de pétrole et de gaz, ainsi que pour tous les projets pétrochimiques, y compris la fourniture de technologie et de personnel pour la réalisation de ces projets.

Cela comprend le déploiement d’un maximum de 5 000 agents de sécurité chinois dans les territoires iraniens pour sécuriser les projets chinois, ainsi que la participation d’autres personnels et ressources pour sécuriser les exportations de pétrole, de gaz ou de produits pétrochimiques de l’Iran vers la Chine, y compris de l’autre côté du Golfe, explique la source.

L’accord permet également à la Chine d’acheter du pétrole, du gaz et des produits pétrochimiques à bas prix, avec le droit de différer de deux ans le paiement de ces prix en monnaie nationale chinoise (Yuan) ou dans d’autres « monnaies faciles » avec lesquelles Pékin réalise des bénéfices, à travers ses projets en Afrique et dans les anciennes républiques soviétiques, sans recourir aux transactions en USD.

Selon la source, cet accord accorde à la Chine une remise totale d’environ 32 % sur tous les produits pétroliers, gaziers et pétrochimiques en provenance d’Iran.

Ce plan a également vu le jour dans le cadre de l’initiative chinoise « One Belt, One Road », dans le cadre de laquelle Pékin entend profiter de la main-d’œuvre bon marché disponible en Iran pour créer des usines supervisées par d’importantes entreprises chinoises.

En contrepartie, le nouvel accord permet à Téhéran de renforcer son partenariat avec Pékin, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, et d’augmenter le niveau de production de trois de ses plus grands gisements de pétrole et de gaz, en plus de l’approbation par la Chine d’augmenter le volume des importations de pétrole en provenance d’Iran.

Avec 400 milliards de dollars investis par la Chine dans le secteur énergétique iranien, le président Kushner peut dire au revoir à ses « sanctions ».

Les Chinois viennent d’acheter d’un bloc le pétrole et le gaz iranien, damant le pion aux compagnies occidentales, notamment européennes.

La contrepartie est la subordination à peu près complète de l’Iran à la Chine, économiquement et géopolitiquement. Mais vu l’alternative, à savoir l’embargo judéo-américain et la déstabilisation intérieure du pays par le Mossad, la CIA et leurs proxys djihadistes, les iraniens n’avaient pas tellement le choix.

Trump peut remercier ses parrains juifs pour avoir poussé l’Iran et la Russie dans les bras de la Chine mais aussi, avec la révolution de couleur à Hong Kong, d’avoir poussé la Chine à être plus agressive internationalement.

S’il avait respecté l’accord sur le nucléaire iranien, ce serait des entreprises US qui seraient actuellement en train de prendre des marchés dans ce pays.

Sans parler des entreprises françaises. Renault avait signé un accord en 2017 pour 150,000 voitures par an. Une autre défaite économique après le désastre de la vente annulée du Mistral à la Russie, toujours sur pression de ces sales juifs, aidés des traîtres qui ont infiltré tout l’appareil d’état français.

L’Iran a désormais une grande visibilité stratégique, tant économiquement que diplomatiquement. Le gouvernement iranien peut se focaliser sur la stabilisation intérieure du pays et sur la neutralisation du péril juif au Moyen-Orient.

D’ailleurs, à présent que l’accord nucléaire est caduc du fait du retrait unilatéral des bellicistes juifs et que l’Iran a sécurisé son accès à grande échelle au marché énergétique chinois, je ne vois pas ce qui peut empêcher l’Iran de vouloir effectivement se doter à moyen terme de la bombe nucléaire.

Ils peuvent se la procurer auprès de la Corée du Nord  et se contenter de créer un fait accompli, comme la colonie juive de Palestine l’a fait avec l’aide de la France socialiste dans les années 50 et 60.

Kim a peut-être un look bizarre mais il n’aime pas les youpins, c’est garanti sur facture.

Et c’est un homme qui a l’arme nucléaire, ce qui en fait quelqu’un d’important.

Tous ces problèmes pourraient disparaître du jour au lendemain. Il suffirait de nous débarrasser des juifs et de leur système de réduction en esclavage qu’est la (((démocratie))).

Sans ces guerres fomentées par les juifs partout dans le monde, l’Amérique du Nord et l’Europe auraient d’excellentes relations avec les autres peuples.

Nous n’avons plus les moyens de nous payer le luxe de la présence des juifs dans notre système politique.

C’est impossible, peu importe la façon dont on regarde le problème.