Home / Guerre raciale / Caen : Komi le togolais épouse une Française pour les papiers, en profite pour violer immédiatement un maximum de Blanches

Caen : Komi le togolais épouse une Française pour les papiers, en profite pour violer immédiatement un maximum de Blanches

Leutnant
Démocratie Participative
28 septembre 2019

La diversité togolaise enrichit culturellement la ville de Caen.

Ouest-France :

La troisième session 2019 de la cour d’assises du Calvados a lieu à Caen, du lundi 30 septembre au vendredi 18 octobre. Six dossiers seront examinés, dont deux en appel.

La troisième session 2019 de la cour d’assises du Calvados a lieu à Caen, du lundi 30 septembre au vendredi … Komi Labarbore, 30 ans, placé en détention provisoire dans ce dossier depuis le 17 avril 2016, sera jugé pour viol et agression sexuelle les mercredi 9, jeudi 10 et vendredi 11 octobre 2019.

Komi Labarbore est connu des services de la justice.

La Manche Libre :

Le jeudi 16 novembre 2017, au tribunal de grande instance de Caen (Calvados), deux hommes ont été jugés pour escroquerie et abus de confiance, des faits qui se sont déroulés entre août 2014 et janvier 2017.

Deux étrangers en situation irrégulière ont été jugés jeudi 16 novembre 2017 par le tribunal correctionnel de Caen (Calvados) pour escroquerie et abus de confiance, des faits qui se sont déroulés entre août 2014 et janvier 2017. Ils vendaient des robots à moitié prix sans les envoyer. Une victime a même payé deux fois.

Les vendeurs lui assurent que l’appareil, déjà réglé, a été livré par erreur au Bénin et qu’il faut payer une caution de 350€. Et la victime envoie un mandat cash au Bénin. Ils piratent également des comptes Facebook et se saisissent de leurs coordonnées bancaires. Un « emprunteur » de 21 000€ a payé 3 000€ de frais de dossier sans recevoir le prêt.

Komi Larbabore, Togolais de 28 ans, a épousé une Française qui ouvre un compte nickel pour percevoir ses mandats cash. Achille Gbenou, Beninois de 27 ans, s’est s’inscrit à la faculté pour régulariser sa situation.

Ils écopent de 18 mois de prison dont six mois ferme assortis d’une mise à l’épreuve de deux ans.

Ils ont l’obligation de rembourser les sommes incriminées aux victimes.

Grâce à sa femme française « Komi » a pu rester en France, séquestrer et violer des Blanches.