Home / Les dernières actualités / Bergoglio dénonce le « racisme » des Blancs qui doutent de la foi chrétienne des tribus païennes marron, déclare que Jésus n’a jamais ressuscité

Bergoglio dénonce le « racisme » des Blancs qui doutent de la foi chrétienne des tribus païennes marron, déclare que Jésus n’a jamais ressuscité

Captain Harlock
Démocratie Participative
09 novembre 2019

Voilà une bonne semaine que Bergoglio n’avait pas fait parlé de lui.

Life Site News :

Offrant ses réflexions sur le Synode de l’Amazonie, le Pape François a excorié certains « cercles et secteurs » qui considèrent une grande partie de l’humanité comme une « entité inférieure » avec peu de « vie spirituelle et intellectuelle ». Ces individus anonymes, a estimé le pape, espèrent, par racisme ou sectarisme, se réserver l’Evangile.

Le pape François s’est entretenu avec le journaliste italien Gianni Valente au cours d’interviews menées lors du récent Synode de l’Amazonie. Dans un livre en italien intitulé Without Him We Can Do Nothing, le pontife a décrit sa vision pour que l’Église embrasse un esprit missionnaire, même s’il a fustigé des groupes sans nom pour avoir qualifié les autres de  » classe inférieure « .

Dans l’interview, le pape a dit : « Il y a des cercles et des secteurs qui se présentent comme ilustrados [éclairés] – ils séquestrent l’annonce de l’évangile par un raisonnement déformé qui divise le monde entre « civilisation » et « barbarie ».

Oui, vraiment, cette division est surprenante.

Seuls des esprits animés par Satan pourraient concevoir le monde ainsi.

Le Pape François a dit : « L’idée que le Seigneur a parmi ses préférés beaucoup de gens au teint sombre les irrite, elle les met de mauvaise humeur. Ils considèrent une grande partie de la famille humaine comme une entité de classe inférieure, incapable, selon leurs normes, d’atteindre des niveaux décents dans la vie spirituelle et intellectuelle. Sur cette base, le mépris peut se développer à l’égard des personnes considérées comme de second ordre », a-t-il dit, ajoutant que « tout cela a également émergé pendant le Synode des évêques pour l’Amazonie ».

Douteriez-vous de la prédestination de nos égaux intellectuels que sont les gens marron ?

Si c’est le cas, Dieu est très, très en colère contre vous.

Signifiant peut-être son pays natal, le pape parlait de « cabecitas negras » (littéralement, « petites têtes noires ») – un terme argotique argentin qui raille les gens au teint sombre. Lorsqu’il est ressorti du synode que les coiffures de plumes utilisées par certains des participants autochtones à la conférence avaient été dénigrées, le pape François a déploré les « paroles sarcastiques » adressées aux peuples autochtones qui portaient des plumes. Il m’a dit : « Dites-moi : quelle est la différence entre avoir des plumes sur la tête et le chapeau à trois pointes [birettas] porté par certains officiels dans nos dicastères ? »

On dirait que Bergoglio compare ses ministres à des rois nègres des Andes.

C’est peut-être factuel.

Une cérémonie de plantation d’arbres à laquelle participait le pape François au début du synode devint immédiatement controversée à cause des rituels païens qu’elle incorporait et des effigies païennes qui étaient offertes au pontife. Les mêmes idoles, diversement décrites comme « Notre-Dame de l’Amazonie » et la déesse de la fertilité « Pachamama » – cette dernière par le pape lui-même – sont apparues dans une église non loin du Vatican, provoquant une controverse et des commentaires supplémentaires.

Le Pape François a plaidé pour un renouveau de l’esprit missionnaire dans l’Église. Il a dit qu’aujourd’hui, les catholiques doivent « garder à l’esprit que le message révélé n’est pas identifié à une culture particulière », a dit le pape. « Et quand nous rencontrons de nouvelles cultures, ou des cultures qui n’ont pas accepté l’annonce chrétienne, nous devons essayer de ne pas imposer une forme culturelle déterminée en même temps que la proposition évangélique. Le prosélytisme « est toujours violent par nature », dit-il, et « enlève le Christ » et la grâce de l’Esprit Saint. Sans l’aide de l’Esprit Saint, l’œuvre missionnaire n’est qu' »une conquête religieuse, ou peut-être idéologique, peut-être menée même avec de bonnes intentions ».

Ah oui, c’est nouveau.

Si vous êtes catholiques, vous devez « annoncer l’évangile » mais si vous le faites, vous êtes « violents par nature » et Jésus vous lâche.

Donc, pour faire de toutes ces tribus indiennes de bons Chrétiens vous devez dansez en rond autour de leurs divinités.

C’est très logique.

Comme Bergoglio, je pense pour ma part que ces créatures peuvent vénérer ce que bon leur semble dans les confins de leur Bolivie natale.

C’est le dernier de mes soucis.

Je suis très à l’aise avec le fait que des nègres se retrouvent dans le vaudou. Tout cela importe peu.

Tellement peu que Bergoglio a déclaré que Jésus n’est pas ressuscité.

Il est juste mort cloué sur une croix par des juifs qui sont d’après Bergoglio des gens très bien.

Sputnik News :

Le journaliste italien Eugenio Scalfari a cité le pape François comme rejetant la croyance chrétienne centrale selon laquelle Jésus est ressuscité d’entre les morts dans le même corps que celui où il a été enterré.

Scalfari a affirmé dans un article paru le 5 novembre dans le journal Repubblica, qu’il avait co-fondé et édité, que le Pape François lui avait parlé de la Résurrection :

« C’était un homme jusqu’à ce qu’il soit placé dans le tombeau par les femmes qui récupéré son corps. Cette nuit-là, dans le tombeau, l’homme disparut et sortit de cette grotte sous l’aspect d’un esprit qui rencontra les femmes et les Apôtres tout en conservant l’ombre de la personne, puis il disparut définitivement. »

La citation attribuée au Pape est tirée du nouveau livre de Scalfari, The One God and Modern Society, qui se concentre sur ses entretiens avec le Pape François et feu le Cardinal Carlo Maria Martini, ancien archevêque de Milan.

Détaillée dans le Nouveau Testament, la résurrection physique de Jésus Christ après sa crucifixion est l’un des principaux piliers de la foi chrétienne.

Dans 1 Corinthiens, l’apôtre Paul dit : « Car je vous ai transmis ce que j’avais reçu en premier lieu : que le Christ est mort pour nos péchés selon les Écritures, qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures ».

Eugenio Scalfari, 95 ans, athée autoproclamé et ami de longue date du Pape François, a mené de multiples entretiens avec le Souverain Pontife, qui ont provoqué beaucoup de fureur dans la communauté chrétienne.

Il a déjà affirmé que le Pape lui avait dit que l’enfer n’existe pas, que les chrétiens divorcés et remariés devraient être admis à la Sainte Communion, et que Jésus Christ n’est pas Dieu.

Le Pape lui-même n’a jamais clarifié ses prétendues citations portées par Scalfari. A chaque fois, le Vatican a déclaré que le récit de Scalfari n’est pas fiable (le journaliste italien n’enregistre ou ne prend jamais de notes de ses conversations avec le Pape et préfère écrire ses récits plus tard de mémoire).

Le mois dernier, Scalfari affirmait que le pape François lui avait dit dans une conversation il y a plus de deux ans qu’il « conçoit le Christ comme Jésus de Nazareth, un homme, et non comme Dieu incarné. Une fois incarné, Jésus cesse d’être un Dieu et devient un homme jusqu’à sa mort sur la croix. »

La plupart d’entre vous ne croient pas davantage que Jésus soit l’incarnation de Dieu ni qu’il ait ressuscité physiquement.

Mais à la différence de Bergoglio, vous pouvez le faire dans la mesure où vous ne dirigez pas une organisation internationale vieille de 2,000 ans qui soit construite sur cette croyance fondamentale.

C’est une nuance.

Bergoglio est visiblement déterminé à faire de ce qu’il reste de l’Église Catholique une structure politique qui adhère au polythéisme communiste marron.

Tout cela est bel et bon, à n’en pas douter. Je n’ai pas spécialement d’avis là-dessus.

Il faut simplement envoyer ces curés pédophiles et leur chef de file s’adonner à ce hobby hors d’Europe.

La présence de la Papauté en Europe n’a plus de pertinence. Tout particulièrement à Rome.

Cette organisation homosexuelle qui se consacre au culte de la Pachamama trouvera sa place naturelle dans un de ces états d’Afrique ou d’Amérique Latine, au milieu des nègres qu’elle affectionne tant.