Home / Guerre raciale / Audrey, énorme pute à nègre pro-migrants, mortellement saignée par le soudanais qui la bourriquait

Audrey, énorme pute à nègre pro-migrants, mortellement saignée par le soudanais qui la bourriquait

Captain Harlock
Démocratie Participative
04 octobre 2019

« Sortez de mes mentions les racistes »

Vous vous rappelez d’Audrey, antifa et militante pro-migrants retrouvée saignée dans son appartement ?

On en sait plus sur le boucher qui l’a envoyé ad Patres.

Le Parisien :

Un homme de 32 ans a été mis en examen pour homicide volontaire par personne étant partenaire de la victime et placé en détention jeudi après le meurtre d’une interne en médecine à Saint-Ouen, a appris l’AFP auprès du parquet de Bobigny.

L’auteur présumé, en situation irrégulière, est né au Soudan et a été interpellé mardi à Paris, selon une source proche de l’enquête. La jeune femme a été retrouvée morte par les secours le 16 septembre peu après 16h00 dans son logement, dont la porte était entrouverte, avait précisé une source policière. Son corps présentait «des plaies, infligées à l’arme blanche».

Des traces de sang ont été découvertes dans sa chambre, selon une source proche de l’enquête. La jeune femme était interne en médecine dans un hôpital du département.

Le suspect a été mis en examen du chef «d’homicide volontaire par personne étant ou ayant été conjoint, concubin ou partenaire lié à la victime par un pacte civil de solidarité», a précisé le parquet de Bobigny.

Le fatum.

Cette grosse pute à migrants a donc été dûment rétribuée.

Les dieux sont espiègles mes amis.

Comme toutes les traînées qui militent pour ces sales nègres qui nous envahissent, cette grosse pute aimait tout simplement se faire sauter par ces migrants récoltés ici et là dans la rue, grâce à ces « associations » sans-frontiéristes.

Les parents de cette pute à nègre étant probablement des militants de gauche, le fait de savoir qu’ils vont passer leur fin de vie à sentir le couteau de l’amour du métèque remuer dans la plaie de la perte de leur pétasse de fille me rend l’histoire encore plus douce à l’oreille.

Je souhaite qu’après 20 ou 25 ans d’une pénible retraite parsemée d’accès de dépression lourde, ils finissent par se gazer dans leur cuisine, hantés d’avoir trahi.